L’Attrape-coeurs – Jerome David Salinger (1951)

catcherintheryeUn autre poids lourd de la littérature américaine. Le roman a fait beaucoup parlé  (et pas forcément qu’en bien) de lui à sa sortie, en raison principalement de certains thèmes qui y sont abordés, mais bon, aujourd’hui il est enseigné dans beaucoup d’écoles anglo-saxonnes, comme quoi, on ne peut jamais prédire l’avenir… Par ailleurs, il s’en vendrait près de 250 000 exemplaires tous les ans, ce qui me semble être un argument de taille pour justifier son succès (certes, les livres qui se vendent le mieux ne sont pas forcément les meilleurs mais des fois…). Pour info, le monsieur qui a tué John Lennon l’avait sur lui au moment du crime, et ce n’est pas la seule fois que le bouquin a été associé à des histoires un peu… Particulières, je vous laisse vous renseigner par vous même.

La chose qui caractérise le livre est avant tout le langage utilisé, le livre est écrit comme on parle, on y trouve des tics de langage, des expressions familières, bref, du langage oral. Et vulgaire qui plus est.  Le narrateur, Holden Caulfield, nous raconte les trois jours qu’il passe seul à New-York après s’être enfuit de son pensionnant (duquel il s’est fait expulser). Pendant ces trois jours, on assiste aux errances d’un adolescent qui refuse (ou qui a peur) de grandir, malgré le fait qu’il s’éloigne de plus en plus de l’innocence enfantine (excès d’alcool, cigarettes, « pulsions » sexuelles de plus en plus présentes…).

Le livre est bien, il n’y a pas à dire, et les 50 dernières pages sont réellement géniales et captivantes. Mon problème c’est les 120 pages d’avant.

Je suis complètement pour le style très oral qui dénote avec ce qu’on a l’habitude de lire, mais je n’arrive pas à accrocher celui de Salinger. Trop c’est trop, les tics de langages qui reviennent toutes les deux lignes m’ont assez rapidement énervé et deviennent lassants à la longue.

Autre chose : Holden Caulfield. Certes, j’ai beau savoir que Holden est un antihéro type, l’un des premiers (et l’on retrouve ici l’une des raisons qui a dérangé les américains à la sortie du film), je n’arrive pas à me faire au personnage, ça manière constante de tout dénigrer, de juger le reste du monde de haut m’a empêché de vraiment rentrer dans sa vie. J’ai l’impression que l’attitude perpétuellement désabusée du personnage m’empêche de ressentir pleinement et correctement ce que veux faire passer l’auteur, qu’il bloque en quelque sorte la fougue du livre et qu’il aplanit complètement l’histoire. C’est aussi à cause de ça que les 120 premières pages me paraissent longues (mais prenantes (oui je sais, je suis contradictoire avec moi même)), on s’attend un peu à ce qu’il se passe un évènement marquant mais non, tout est jugé avec la même morgue, que ce soit une conversation avec un vieux prof malade ou une altercation avec un mac. C’est ce qui montre que c’est déjà écrit brillamment, parce que c’est sûrement l’un des buts de Salinger de nous faire ressentir ça… Mais bon, dans le genre personnage désabusé, je préfère quand même la classe superficielle de Dorian Gray.

J’ai du mal à expliquer ce que je ressent vis-à-vis du livre car il m’inspire des sentiments divers, j’ai été captivé, je ne pouvais pas le lâcher, mais en même temps, je n’avais pas l’envie que le livre ne se jamais, comme ça peut arriver parfois avec certaines oeuvres. Je n’ai pas pas aimé le livre, je n’ai juste pas aimé le personnage, ni sa manière de raconter et je trouve qu’il nuit à l’oeuvre (l’association style oral poussé à l’extrême et antihéro), le livre en lui même est génial. Et rien que pour cette sensation étrange qu’il a provoqué chez moi, je me dois de vous le recommander, c’est un très bon livre, si vous n’aimez pas, vous pouvez au moins espérer être dérangé comme je l’ai été (et comme je le suis encore en en reparlant).

T.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s