La Métamorphose – Franz Kafka (1915).

métamorphoseC’est décidé, ce weekend, je m’attaque à un monument de la littérature. Un tout petit monument (partiels obligent !), tout fin, moins de cent pages…et pourtant, quelle force, quelle intensité ! La Métamorphose de Kafka, m’a tout simplement fascinée.  Retour sur cette expérience de lecture pour le moins dérangeante… Gregor Samsa, comme tous les matins, se réveille pour aller prendre son train avant 7h. Il ira travailler et rentrera chez lui fatigué, dans son petit appartement, mais fier d’avoir accompli sa tâche. Car oui, c’est bien lui la réussite de cette famille morose, qui ramène l’argent et assure une vie confortable à sa sœur et ses parents. Problème : aujourd’hui, il se réveille transformé en un insecte repoussant.

« En se réveillant un matin, après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte »

Avec cette entrée en matière brutale, on comprend très vite que le sujet de la nouvelle n’est pas la métamorphose en elle-même, mais bien ses conséquences, la terrible découverte de son nouveau corps, son adaptation à la vie quotidienne et surtout, le douloureux regard de sa famille qui le rejette peu à peu. Sa chambre, d’ordinaire si propre et rangée, devient un antre infâme, seul refuge pour cet insecte répudié par ses proches. Et voilà alors le véritable thème du livre : le rejet de l’autre, trop différent, trop répugnant, qui, même si on l’a aimé, ne fait plus partie du groupe (je vous renvoie aux passionnantes interprétations socio-politico-psychanalytiques de l’œuvre !). Il tombe alors progressivement dans une solitude tragique décrite de façon magistrale. Rien ne sert d’en dire trop sur ce récit d’une force impitoyable. Celle-ci réside dans un réalisme cruel que rien ne vient ébranler à partir du moment où Gregor est insecte. Il continue à penser comme un homme raisonné mais ne peut plus communiquer et agit comme un insecte : son monde reste le même, mais sa perception en est totalement changée. Voilà le plus perturbant dans cette affaire : on a accès à toutes les pensées cohérentes d’un homme devenu monstre, sans jamais pouvoir agir. Nous, lecteurs, grâce au point de vue interne d’un narrateur efficace, restons d’abord fidèles à ce jeune homme intelligent. Indignés par la façon dont les parents le rejettent et l’enferment, nous finissons par penser comme eux, on se dit qu’on aurait fait pareil si l’on avait été à leur place, que finalement, ce n’est plus Gregor mais un insecte ! Nous aussi, derrière notre livre, subissons une métamorphose, notre point de vue change, notre manière de pensée la solitude et le rejet avec. Les personnages des parents et de la sœur évoluent au fil des pages, eux aussi étant entraînés dans cette métamorphose générale. Ces trois-là, d’ailleurs, sont croqués d’une manière irrésistible, entre une sœur tentant de maintenir le lien avec son frère, un père qui essaie de faire bonne figure et une mère larmoyante… Car oui, il y a bien de l’humour dans La Métamorphose (pas très kafkaïen me direz-vous ?), un humour noir qui dépeint une petite bourgeoisie risible et cruelle. Cette courte nouvelle est un concentré d’images et de sentiments troublants : le lecteur est bouleversé, dégoûté, mais pourtant passionné par ce drame qui voit l’exclusion et le non-dit s’installer dans un foyer à l’apparence si tranquille. La tension reste présente du début à la fin, dans l’absurdité de la situation, dans la mise en scène de l’horreur, dans le regard oblique de Gregor, accroché au plafond ou caché sous le canapé. Tout est d’une logique implacable (et déconcertante !), avec une trame narrative intelligemment ficelée qui ne chancelle à aucun moment. Kafka a le talent de malmener son lecteur avec génie: préparez-vous à être bousculés, secoués par une expérience de lecture qui, quoi qu’on en dise, ne laisse pas indifférent !

L. kafkaL.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s