Dans la maison – François Ozon (2012)

Dans la maison – François Ozon (2012)

ImageJ’avais vu la bande annonce de ce film quand il était sorti mais je l’avais raté. Alors quand on m’a dit qu’il repassait dans le cadre du festival Télérama, j’ai harcelé ma copine pour qu’elle vienne le voir avec moi (oui, elle y était déjà allée le soir d’avant mais bon, le cinéma tout seul… (oui, je le reconnais, c’est une brave demoiselle)). Enfin bon, me voilà un lundi soir tranquillement assis dans mon petit fauteuil rouge, pas du tout préparé à me prendre une grande claque comme celle que j’allais me prendre. Très honnêtement, c’est un des films que j’ai vu au cinéma qui m’a le plus marqué.

C’est juste un chef d’oeuvre, le scénario est vraiment original et travaillé, les personnages centraux sont tous relativement complexes et (dans une certaine mesure) attendrissants, loin des films ou, à part le héros, tous les personnages sont banals et pleins de clichés. Quand Claude (Ernest Humhauer) commence à écrire pour son prof de français, Germain (Fabrice Lucchini), racontant brillamment la vie « dans la maison » d’un de ses camarade avec un voyeurisme méprisant et de plus en plus malsain, on plonge avec eux dans la vie d’une petite famille bien heureuse. Ces écrits provoquent l’enthousiasme de moins en moins retenu et/ou dubitatif de son prof, ceci malgré la désapprobation de sa femme (Kristin Scott Thomas). Peu à peu Germain en vient à pousser son élève dans sa quête – d’ailleurs on ne sait pas trop ce que cherche ou ce que veut ce jeune homme – au point qu’il est prêt à outrepasser les règles du lycée pour avoir sa dose d’histoire. La relation qui se développe entre la famille Artole, Claude et puis Germain (et sa femme) devient de plus en plus poussée et étrange, glauque. Et on aime ça le glauque (oui mais attention, je parle de glauque classe, un minimum de pudeur tout de même !).

Ce qui fait tout le truc du film, c’est que la quasi totalité de ce qu’il se passe dans la maison nous est relaté par Claude, donc avec son point de vue. Mais comme il est aidé par son prof pour améliorer ses écrits, certains passages changent, on les voit deux fois, mais certaines parties ne sont plus les mêmes. On peut donc être sûr que Claude ne nous raconte pas la vérité pure, qu’il la modifie un tant soit peu. Mais quelle est la part d’invention et celle de réalité dans ce que nous voyons ? Où sont les faits réels et où sont les fantasmes du jeune homme ? Et bien, on ne sait pas, voilà la dimension intrigante du film qui se développe pleinement au fur et à mesure que l’heure tourne dans la salle sombre. C’est donc petit à petit qu’on bascule en plein thriller fantastique, angoissant sans qu’on le sache vraiment pourquoi. Sans que l’on s’en rende compte, le calme et la gaieté des personnages se mue en sentiments violents, à tel point qu’à certains moments on se croirait presque plongé en pleine tragédie grecque. Fabrice Luchini fait des merveilles dans son rôle de professeur de français déprimé par ses élèves, qui ne peut s’empêcher de pousser le seul qu’il trouve un tant soit peu doué plus loin dans l’expérience de l’écriture, au détriment des autres. Il est aussi sûrement un peu envieux, car lui même est plus ou moins une sorte d’écrivain raté qui ne digère pas trop d’en être réduit à faire cours à des cancres qui se foutent royalement de ce qu’il peut leur dire. Quand à Ernest Humhauer, il incarne le personnage de Claude à la perfection, avec ses airs sombres et mystérieux, il en devient même flippant, dans son attrait… brrr… pour la famille Artole.

C’est donc un très très bon film que je ne peut que vous recommander de regarder au plus vite !

T.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s