American History X – Tony Kaye (1998)

American History X – Tony Kaye (1998)

Ca me fait quand même toujours un peu peur de vous écrire un article sur des films/livres/cequevousvoulez qui sont vraiment mythiques. C’est vrai que tout le monde a un peu sa propre perception du film, sa propre vision. Et puis quand ils sont vraiment connu, bah c’est un peu facile de tomber dans le piège du « je répète toutes les banalités qu’on raconte tout le temps dessus ». Certains ne seront peut-être pas d’accord avec moi mais quand même, je pense bien que American History X mérite une petite place au coté de ces grands là, et je vais tant bien que mal essayer de ne pas être banal.

AHX

Lire la suite

Gatsby le Magnifique – Baz Luhrmann (2013)

Gatsby le Magnifique – Baz Luhrmann (2013)

gatsby-le-magnifique-affiche-515d8a85e0668Cette année, le réalisateur Baz Luhrmann choisit lui aussi d’adapter le roman américain mythique de Fitzgerald. Un film qui a fait parler de lui en ayant eu l’honneur de se présenter en tant que film d’ouverture du festival de Cannes.

On s’attend à du lourd, attente justifiée lorsque l’on considère la tête d’affiche (Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire), que l’on découvre une bande-annonce bouillonnante et une BO pour laquelle Lana Del Rey, Sia, Florence & The Machine ont offert leur voix virevoltantes ; Beyoncé a proposé une reprise sombre de Back to Black très réussie et The XX, Jack White ont accepté de relever le défi d’apporter une musique anachronique dans un film so twenties.

Car oui, nous ne pouvons pas reprocher à Baz Luhrmann de ne pas avoir été fidèle à l’histoire originelle : celle d’un homme richissime et mystérieux au lendemain de la Grande Guerre qui parvient à conquérir le rêve américain, que l’on découvre à travers les yeux de son voisin Nick, débarquant tout juste à New York. Il s’agit d’une découverte de cette ville à une époque si particulière, parallèlement à une histoire d’amour comme on en voit rarement, folle, à l’image des années vingt.

Dans ce film, Baz Luhrmann ajoute des notes contemporaines sans dénaturer l’essence même des années riches, burlesques, superficielles voire excessives. Et paradoxalement, c’est surement le principal reproche que l’on peut faire à ce film : être trop superficiel. Lire la suite

L’écume des jours – Michel Gondry (2013) – D’après le roman de Boris Vian (1947)

L’écume des jours – Michel Gondry (2013) – D’après le roman de Boris Vian (1947)

 Affiche EDJ

Quand on voit à l’affiche l’adaptation d’un roman aussi culte que L’Écume des jours, on a toujours un petit noeud dans le ventre. Normal, après tout, d’avoir peur de voir la vision qu’on a du livre violée et perdu à jamais. On a aussi peur de voir le livre massacré (comme ce fut le cas d’Eragon en 2006). Pour L’Écume des jours, la bande annonce était déjà rassurante et m’a vraiment incité à vouloir aller plus loin avec cette petite nouveauté, qui se présentait plutôt bien au final. Et bordel, j’ai pas été déçu.

Lire la suite

L’écume des jours – Boris Vian (1947)

L’écume des jours – Boris Vian (1947)

L'écume des jours (livre)

Un grand classique de la littérature française, que beaucoup auront déjà lu, et vos parents avant vous sûrement. Quand on en parle, c’est catégorique : les gens adorent ou détestent. J’espère que votre prof de français ne vous a pas forcé à le lire au collège, vous braquant ainsi contre l’auteur car ce serait dommage. Boris, c’est un mec multifonctions, un peu le couteau suisse à la française : allez que je t’écris des trucs sniffés comme L’écume des Jours, allez que je publie des romans hardcores contre le racisme sous le pseudonyme de Vernon Sullivans (Les morts ont tous la même peau, J’irai cracher sur vos tombes), allez que je joue de la trompette…

Mais reprenons sur notre bouquin. Quand je l’ai lu pour la première fois, je me rappelle avoir collé à peu près toutes les deux pages devant l’univers loufoque qui est mis en place (un pianococktail – sérieux ?!). Le livre est déjanté, c’est le cas de le dire… tout en relevant terriblement du génie. Lire la suite